Sur Tinder, mefiez-vous des robots et des peines de coeur

Sur Tinder, mefiez-vous des robots et des peines de coeur

Au festival SXSW (South by Southwest), consacre aux nouvelles technologies (dont vous degoterez 1 compte-rendu ici), beaucoup trouvaient Ava, 25 annees, « seduisante ». Pourtant, sur place, a Austin (Texas), personne ne l’a physiquement.

Par Benoit Le Corre

Au festival SXSW (South by Southwest), consacre aux nouvelles technologies (dont vous degoterez votre compte-rendu ici), bon nombre trouvaient Ava, 25 annees, « seduisante ». Pourtant, sur place, a Austin (Texas), personne ne l’a physiquement vue. Ava reste dans Tinder (l’application generatrice de plans cul). Logiquement, quand on detecte le compte Tinder au SXSW, elle se doit de etre en environs. Pourquoi en irait-il autrement ?

Un journaliste d’Adweek, present au SXSW, a eu la « chance » de matcher avec Ava. Autrement dit, tous deux se sont mutuellement plu et ils ont debute une discussion via le tchat de Tinder. Sur le site, Adweek Notre retranscrit integralement (aucun panique, c’est court).

Love robot

Au cours de leur echange, Ava pose systematiquement des questions.

« Puis-je te poser plusieurs questions ? – Es-tu deja tombe amoureux ? – Qu’est-ce qui fera de toi un etre humain ? – Qu’est-ce qui t’attire i  la maison ? – Ou voudrais-tu que l’on se rencontre ? »

C’est comme si elle ne laissait gui?re le temps a son interlocuteur – Brock – de l’interroger.